Amiante

Malgré son interdiction en France depuis 1997, les artisans du bâtiment sont encore amenés à être en contact avec l'amiante. L'amiante est responsable du développement de cancers qui se déclarent bien souvent entre 20 et 40 ans après l'exposition.

Sommaire
 
 
 
 
 

 Situations de travail

L'amiante a été intégré dans la composition de nombreux matériaux de construction et d'équipements jusqu' à son interdiction totale en 1997. Il reste toujours présent dans de nombreux bâtiments et expose les travailleurs du bâtiment à de graves maladies respiratoires notamment lors des travaux d'entretien et de rénovation. 

Les matériaux amiantés prennent différentes formes :

  • Calorifugeages, flocages
  • Couverture ou bardage en plaques lisses ou tôles ondulées, en ardoises... (amiante-ciment)
  • Conduits ou canalisations (descente d'eau pluviale, canalisations enterrées, conduits de ventilation, conduits de cheminée en fibrociment...)
  • Dalles vinyles, colles bitumeuses...
  • Colles, mastics, mortiers, enduits, crépis, peinture "goutelettes"...
  • Dalles de faux plafond, plaques de plâtre...
  • Elements d'équipements (brides de brûleurs, portes et plaques isolantes de chaudières, raccords, assemblage de raccords mécaniques pour canalisation de chauffage et d'eau sanitaire...)...
 
 
  ATTENTION : Tous les travailleurs du bâtiment sont susceptibles de rencontrer des matériaux contenant de l'amiante !

 

 

 Risques pour la santé

 Amiante = Produit CMR (Cancérogène, Mutagène et Reprotoxique)

Les fibres d'amiantes sont dangereuses car :

  • Fibres très fines (400 à 2000 fois moins épaisses qu'un cheveu)
  • Invisibles à l'oeil nu
  • Elles se scindent en fibrilles
  • Elles sont inhalées 
  • Ne sont pas arrêtées par les barrières naturelles du corps
  • Se déposent au fond des poumons
  • Ne sont pas éliminées par l'organismes
  • Effet toxique local 

L'inhalation de fibres de d'amiante provoque de graves maladies respiratoires :

  • Fibroses des poumons et de la plèvre (plaques pleurales, abestose...)
  • Cancers de la plèvre, des poumons, des bronches...

 Ces maladies se déclarent en moyenne 20 à 40 ans après le début de l'exposition ! 

 

Amiante : Les chiffres 

900 000 travailleurs maintenance/entretien dans le BTP potentiellement exposés à l'amiante
2000 à 3000 décès par an
1ère cause de cancers d'origine professionnelle.
 
 

 Obligations réglementaires

Dispositions communes à toutes les activités :

  • Evaluer le niveau d'empoussièrement attendu et intégrer les résultats dans le document unique (Document Unique)

Cette évaluation, qui doit tenir compte du matériau, de la technique et des moyens de protection collective, est nécessaire pour contrôler le respect de la VLEP des intervenants exposés et déterminer les protections collectives et individuelles adaptées à mettre en oeuvre.

  • Mettre en place des mesures de protection collective et individuelle adaptées en fonction du niveau d'empoussièrement attendu
  • S'assurer du respect de la valeur limite d'exposition professionnelle aux fibres d'amiante des salariés (VLEP = < 10 fibres / litre sur 8h)
  • Vérifier l'aptitude médicale des salariés exposés (dont le port des EPI) auprès du médecin du travail
  • Former les salariés exposés en fonction des opérations à réaliser et des niveaux de responsabilités (la validation des compétences est attestée par la délivrance d'une attestation de compétence)
► Travaux de maintenance et d'entretien : Formations Amiante sous-section 4
► Travaux spécialisés de retrait et de confinement : Formation Amiante sous-section 3

Attention : la réglementation concerne les employeurs, les salariés et les travailleurs indépendants. Il est néanmoins interdit d'exposer à l'amiante les jeunes de moins de18 ans, les travailleurs en CDD et les intérimaires.

  • Rédiger une notice de poste pour chaque situation de travail qui expose les salariés à l'amiante
  • Tenir à jour une liste des salariés exposés
  • Réaliser une fiche d'exposition pour chaque travailleur exposé (copie à transmettre au médecin du travail)
  • Assurer un suivi individuel renforcé des salariés concernés

 ATTENTION ! Le 1/2 masque filtrant à usage unique FFP3 est strictement réservé aux travaux d'entretien et de maintenance générant un niveau d'empoussièrement de niveau 1 et pour des interventions de moins de 15 minutes.

  • EPI : Avant chaque utilisation vérifier l'état général, le bon fonctionnement et l'étanchéité des Appareils de Protection Respiratoire (APR)
  • EPI : Décontaminer les APR après chaque utilisation
  • EPI : Vérifier l'état général, le bon fonctionnement et le maintient en conformité des APR après toute intervention sur l'équipement et à minima tous les 12 mois
  • EPI : Consigner dans le registre de sécurité les dates et fréquences des changements des filtres des APR.

Les déchets d'amiante sont classés comme déchets dangereux

  • Déchets amiante : avant le début des travaux, obtenir le certificat d'acceptation préalable auprès du centre d'élimination des déchets
  • Déchets amiante : conditionner les déchets dans des sacs prévus à cet effet, sur lesquels figurent le logo "amiante" et la phrase "attention contient de l'amiante(big-bag, double sac étanche...)
  • Déchets amiante : rédiger un bordereau de suivi des déchets amiantés (BSDA)
  • Déchets amiante : déposer les déchets amiante dans un centre d'élimination adéquat.
 
Travaux de maintenance/entretien sur des matériaux susceptibles de libérer des fibres d'amiante :
  • Avant le début des travaux demander les documents obligatoires au donneur d'ordre pour repérer où se trouve l'amiante : repérage amiante avant travaux, dossier technique amiante (DTA)...
  • Estimer le niveau d'empoussièrement
  • Rédiger un mode opératoire (fixe le cadre de l'intervention)   

 

Travaux de retrait/encapsulage d'amiante :

 Travaux exclusivement réservés aux entreprises certifiées par des organismes habilités ! 

  • Evaluer les risques et mesurer les niveaux d'empoussièrement (sur le chantier test et par un contrôle périodique)
  • Contrôler l'état initial de l'empoussièrement avant travaux
  • Assurer l'absence totale de dispersion dans l'environnement
  • Etablir un plan de démolition, de retrait ou d'encapsulage tenu à disposition sur le chantier
  • Etablir un rapport de fin de travaux

 

 

 

 Bonnes pratiques de prévention

Chaque fois que possible, éviter d'intervenir sur les matériaux amiantés ou choisir un procédé alternatif non destructif.

Si vous devez intervenir sur un matériau amianté, recherchez toujours à réduire le niveau d'empoussièrement au plus bas :

  • identifier les matériaux contenant de l'amiante
  • Baliser et limiter l'accès à la zone d'intervention
  • Isoler en partie (ex : sac à manches) ou totalement
  • Mettre du film plastique au sol pour récupérer toutes les poussières
  • Porter les EPI adaptés
  • Choisir les techniques les moins émissives : privilégier le travail à l'humide et le percement manuel
  • Aspirer à la source : utiliser un aspirateur avec une filtration absolue à très haute efficacité classe 13
  • Prévoir des sacs plastiques étiquetés "amiante" pour l'évacuation des déchets

 

 Outils et solutions

 

Découvrez les résultats de l'étude sur l'exposition à l'amiante des plombiers-chauffagistes (cliquez ici)

 

Pour vous accompagner dans la maîtrise de vos risques, IRIS-ST met à votre disposition des outils que vous pouvez utiliser et vous approprier. Ces outils sont disponibles dans la rubrique "BOITE A OUTILS" :

  • Document unique
  • Fiche individuelle d'exposition pénibilité et amiante
  • Documents liés à l'amiante
  • Registre de sécurité
  • Affichage obligatoire
  • En cas de maladie professionnelle...