COVID-19 : Conduite à tenir en cas de suspicion ou d'un salarié malade ?

Date dernière mise à jour page : 01/10/2020

L'évolution actuelle de la crise sanitaire fait émerger de nombreuses situations dans lesquelles les salariés peuvent être exposés au risque de contamination à la COVID-19 dans leurs sphères privée et professionnelle avec des conséquences inévitables sur l'activité de l'entreprise. Le point ci-dessous sur les différentes situations que peut rencontrer l'employeur et les démarches les plus adpatées à chacune d'entre elles afin de lui permettre de répondre au mieux à l'obligation de prévention qui lui incombe en tant qu'employeur.

Le préalable incontournable pour toute démarche de prévention des risques :

- Evaluer les risques et mettre à jour le document unique de l'entreprise et son plan d'actions chaque fois qu'il y a une évolution de la situation de travail, des mesures de protections ou encore une évolution des recommandations au niveau national.

Pensez-y !

- Informer et sensibiliser vos salariés au respect des gestes barrière

- Informer les salariés sur la survenance des cas évoqués ci-après et les inciter à surveiller leur état de santé et à vous tenir informé

- Lister systématiquement les cas contacts (fiche papier ou dématérialisée) afin de contribuer à l'efficacité du système de contact tracing (géré par l'ARS et l'assurance Maladie). Cette liste peut concerner les salariés de votre entreprise mais également ceux d'une autre entreprise (en cas de coactivité sur chantier), les clients, les fournisseurs...

 

Que faire si un salarié présente des symptômes de COVID-19 ?

Les symptômes se déclarent sur le lieu de travail du salarié

Cette situation fait l'objet d'un process défini dans le protocole national retranscrit dans la fiche OPPBTP : Que faire en présence d'une personne malade ou soupçonnée de l'être ?

Pensez-y ! Votre service de santé au travail peut vous aider à mettre en place une procédure préventive de prise en charge des personnes symptomatiques au sein de l'entreprise.

►Mobiliser le référent COVID-19 (un salarié désigné ou le chef d'entreprise lui-même), qui doit être équipé avant son intervention

►Isoler le salarié dans un local dédié et aéré

►Avec application des gestes barrière : distance d'un mètre minimum + port du masque chirurgical

►Détecter les signes de gravité en contactant le médecin du travail ou en demandant au salarié de contacter son médecin traitant

- si aucun signe de gravité : organiser le retour du salarié malade à son domicile (avec masque, de préférence avec le véhicule personnel et en excluant les transports en commun)

- s'il existe des signes de gravité (ex : détresse respiratoire) : composer le 15 (SAMU)

►Informer les autres salariés (et clients éventuels) de l'existence d'une personne symptomatique afin qu'ils soient vigilants sur l'apparition d'éventuels symptômes et qu'ils restent à domicile si c'est le cas

Prendre contact avec le service de santé au travail (SST) après prise en charge de la personne malade pour obtenir de l'aide et des consignes adaptées sur le nettoyage/la désinfection des locaux/poste de travail/véhicule professionnel et le suivi des salariés contacts

►Lister les personnes qui ont côtoyé la personne malade de façon rapprochée (2 mètre) et prolongée (+ de 15 minutes), sans protection, depuis l'apparition des symptômes et dans les 48 heures qui précèdent (voir question ci-dessous "Qui sont les personnes contact à risque ?") pour faciliter et contribuer à l'efficacité du contact tracing et à informer le service de santé au travail. Inviter les personnes listées à prendre contact avec leur médecin traitant qui pourra prescrire un dépistage et/ou un arrêt de travail. 

Les symptômes se déclarent en dehors de l'entreprise 

►Le salarié doit informer son employeur et ne pas se rendre sur son lieu de travail

►Il doit contacter son médecin traitant qui fera un diagnostic et, le cas écheant, prescrira un dépistage et un arrêt de travail

Pensez-y ! L'Assurance Maladie a mis en place un numéro destiné à aider les patients susceptibles d'avoir contracté la COVID-19 à trouver un médecin : 09 72 72 99 09 (ouvert 7 jours sur 7, de 08h30 à 17h30).

►Le salarié informe son employeur des résultats du test afin que ce dernier prenne les mesures de prévention nécessaires : contacter le SST, recensement des cas contact ... (cf. paragraphe au-dessus).

 

Que faire si un salarié est positif au test de dépistage de COVID-19 ?

La prise en charge du salarié malade 

►Le salarié est pris en charge par son médecin traitant. Il est en arrêt de travail et indemnisé par la CPAM

Bon à savoir ! La quarantaine pour les salariés atteints de COVID-19 et les cas contacts est réduite à 7 jours depuis le 11 septembre 2020

►Le médecin traitant décide de la reprise du travail en fonction de l'état de santé du salarié en établissant un certificat médical final

►Lister les personnes qui ont côtoyé la personne malade de façon rapprochée (1 mètre) et prolongée (+ de 15 minutes), sans protection, depuis l'apparition des symptômes et dans les 48 heures qui précédent (voir question ci-dessous "Qui sont les personnes contact à risque ?") pour faciliter et contribuer à l'efficacité du contact tracing. Inviter les personnes listées à prendre contact avec leur médecin traitant qui pourra prescrire un dépistage et/ou un arrêt de travail.

La gestion des autres salariés (cf. paragraphe Cas contact)

 

Que faire si un salarié est un cas contact ?

Qui sont les personnes contact à risque ?

Peut être considérée comme cas contact :

La personne qui, sans mesure de protection (ex: port du masque), à partir de 48h précédant l'appartition des symptômes d'un cas confirmé :

- a partagé le même lieu de vie (ex: famille, même chambre)

- a eu un contact direct avec lui, en face à face, à moins d'un mètre du cas ou pendant plus de 15 minutes, lors d'une discussion ; flirt ; amis intimes ; voisins de classe ou bureau ; voisin du cas dans un moyen de transport de manière prolongée (partage de véhicule professionnel).

Les personnes croisées de manière fugace n'ont pas à être recensées.

Contact avec une personne positive à la COVID-19 ?

►Le salarié doit informer son employeur au plus vite et ne pas se rendre sur son lieu de travail (même en l'absence de symptômes)

Selon le poste occupé (ex: assistante, secrétaire...) le salarié pourra être placé en télétravail

►Le salarié doit contacter son médecin traitant pour un diagnostic qui déterminera la prescription d'un dépistage et/ou d'un arrêt de travail

►Prendre contact avec le service de santé au travail (SST) pour obtenir des informations sur les mesures de prévention à adopter à l'égard des autres salariés dans l'attente du résultat du dépistage du cas contact. Il est préférable de faire une demande écrite avec sollicitation d'un retour écrit. Cela permet à l'employeur de s'appuyer sur les recommandations du service de santé au travail et de démonter, qu'en l'absence de préconisations officielles, il a recouru à la médecine du travail et suivi ses conseils.

Contact avec une personne suspectée dans l'attente d'un dépistage

►Le salarié doit informer l'employeur et le tenir informé du résultat du test de dépistage de la personne suspectée

►En l'absence de préconisations des pouvoirs publics sur ce point, l'employeur doit prendre contact avec la médecine du travail qui pourra l'aiguiller sur ce qu'il convient de faire vis-à-vis du salarié contact en attendant le résultat du dépistage de la personne suspectée. Il est préférable de faire une demande écrite avec sollicitation d'un retour écrit. Cela permet à l'employeur de s'appuyer sur les recommandantions du service de santé au travail et de démonter, qu'en l'absence de préconisations officielles, il a recouru à la médecine du travail et suivi ses conseils.

 

Liens utiles :

Numéro vert Infos Coronavirus : 0800 130 000 (appel gratuit)

Rubrique COVID-19 AMELI (Assurance Maladie)

Questions/réponses du ministère du travail

Questions/réponses du ministère de l'économie